Buffet et culpabilité : pas obligé d’aller de pairs !

Mis à jour : 1 avr. 2019

Par Karine Shink, collaboratrice éditoriale

Dernièrement, je suis allée dans un congrès. Trois jours au Concorde dans le Vieux-Québec, c’est la belle vie ! Bien sûr, je voulais assister à des conférences inspirantes, faire du réseautage, passer du bon temps avec mes collègues loin du bureau… mais LE point qui, pour moi, transforme ce type d’événement ordinaire en un voyage d’affaires extraordinaire : c’est la BOUFFE ! Avant de partir, une question surgit dans ma tête : comment manger sainement sans me priver, mais sans me rendre à l’état de baleine échouée (le ventre trop plein et les pantalons trop serrés, sans énergie et la tête pleine de regrets) ? Je vous partage donc les trucs que j’ai expérimentés et qui ont fonctionné pour moi !


1. Faire le tour du buffet avant de me servir : au lieu de prendre immédiatement une assiette et la remplir avec tout ce qui attire mon attention et mon estomac, j’ai pris la peine de faire une ronde de reconnaissance des lieux. Cela m’a permis de voir les options qui s’offraient à moi et m’a donné le temps de me demander : qu’as-tu le goût de manger aujourd’hui ?


2. Le mantra « je n’ai PAS besoin de goûter à TOUT » : Dans un buffet (et même lors d’un voyage), je suis le genre de personne qui a peur de manquer quelque chose. Je combine tellement d’activités que je reviens épuisée, je veux absolument goûter à tout de peur de manquer une saveur extraordinaire. C’est aussi la peur de me tromper et de faire un choix qui pourrait me décevoir, qui pourrait même teinter négativement mon expérience. De cette façon, l’événement ne sera pas une catastrophe si un plat était moins bon que je le pensais. Et en prenant le soin de choisir le contenu de mon assiette en fonction de mes goûts du moment, les risques de me tromper diminuent beaucoup !


3. Remplir son assiette de manière stratégique : Élizabeth Raymond, nutritionniste-diététiste, m’a donné le conseil suivant : débuter par les légumes et/ou les fruits, aller ensuite vers les protéines et terminer par les féculents. Comme on commence toujours en lion, en mettant plus de nourriture dans notre assiette, nous aurons une portion suffisante de fruits et légumes en plus d’une assiette plus colorée. En mettant la protéine en 2e place, il y aura moins de place dans l’assiette, mais encore assez pour une portion adéquate. Et les féculents à la fin, car souvent ce sont avec eux qu’on bourre notre assiette. Peut-être même que c’est avec ce type d’aliments qu’on a le plus de difficulté à visualiser ce que représente une portion adéquate. Il reste donc juste assez de place dans l’assiette; les féculents ont la place qui leur revient, pas plus, pas moins !


Ai-je passé un beau colloque ? OUI, sans hésiter ! J’ai rencontré des gens inspirants, ramené plein d’idées pour bonifier mon travail, fait le plein de fous rires et d’anecdotes, et surtout… je me suis régalée sans culpabilité !

Posts récents

Voir tout

© 2018-2020 par Les aliments Nutribox inc. Tous droits réservés.

Otterburn Park, Québec  CANADA

info@nutriboxcanada.com

1 800 901-1315

Découvrez nos services santé

sur les réseaux sociaux !

  • LinkedIn - Gris Cercle
  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle